L’Âge des Dieux

UGS : L'Âge des Dieux
Catégorie :
Nombre de joueurs

Éditeur

Date de sortie

Âge

Durée de jeu

Partager sur :

  • Description

Description

Type article: Jeux de plateau

L’Âge des dieux - édition révisée
Quand il n’y a plus de place pour se battre dans les cieux, les dieux descendent sur terre pour le faire !

Au commencement, les dieux créèrent les cieux et la terre.
Et ils dirent, que la lumière soit ! Et la lumière fut.
Et il y eut les animaux, les plantes, le bétail, les poisons, les oiseaux…
Au cinquième jour, les Dieux décidèrent de créer d’autres créatures. Des créatures qui domineraient les plantes, les animaux, le bétail, les poissons, les oiseaux…
Des créatures capables de forger le métal, de domestiquer le feu, de donner la vie et de la reprendre.
Les Dieux les bénirent, et leur dirent : soyez fécond, dominez cette terre, remplissez-la !
Au septième jour, tout fut achevé, les cieux, la terre et toutes les créatures. Et les Dieux se reposèrent.
Puis les Dieux bénirent ce jour, et ils le sanctifièrent, car il était celui où ils s’étaient reposés, et, sur terre, il était celui où tout était achevé, celui qui marquait le début de la guerre entre les peuples !


Guerres et complots dans un monde barbare

L’Âge des dieux est un jeu de plateau créé par Croc et situé dans un univers médieval-fantastique.
Chaque joueur incarne l’un des 12 dieux du jeu, et cherche à augmenter son influence sur terre, en utilisant tous les peuples qui y vivent comme des marionnettes.

La détermination de votre dieu conditionnera certains de vos pouvoirs et peut être votre style de jeu. Mais le concept sur lequel repose le jeu est assez simple : le jeu comporte 24 peuples, de plusieurs taille, et leur appartenance est secrète. Au cours de la partie, vous prendre le contrôle d’un peuple de chaque catégorie de taille, mais vous ne connaissez pas à l’avance ceux que vous serez amené à contrôler. L’autre subtilité réside dans le fait qu’en utilisant une carte action appropriée, vous pourrez manœuvre n’importe quel peuple (même s’il ne vous appartient pas).

Pour l’emporter, vous devrez vous battre, utiliser des pouvoirs, passer §des alliance§colère divineforteresse supplémentaires pour le dieu des protecteurs, des percées plus aisées pour le dieu des conquêtes, des bonus au combat pour le dieu de la guerre, des territoires immunisés contre les invasions pour la déesses de l’amour… voici quelques exemples des pouvoirs que vont vous conférer ces douze déités.


Plein de peuples, plein de pouvoirs !

Le jeu dure 10 tours et chaque tour est divisé en quatre phases : phase de destinée, phase de fortification, combat et action.
Pendant la partie lors de certaines phases destinées, vous recevrez régulièrement et secrètement des cartes peuples (parmi 24 différents) qui vous indiqueront les peuples à favoriser pour l’obtention de la victoire. Les peuples sont répartis en quatre tailles en fonction du nombre de territoires dont ils disposent en début de partie.
Les plus puissants, les hauts elfes, les humains, le chaos sont de taille 4, puis viennent ceux de taille 3 et 2 (centaures, elfes noirs, hommes lézards, nomades pour n’en citer que quelques uns) et enfin les peuples mineurs de taille 1 comme les géants, ogres, sorciers, moines et autres nécromanciens.

À chaque peuple est rattaché une capacité raciale que vous ne pourrez utiliser que si vous révélez le dit peuple. Garderez vous secret vos peuples pour vous développer secrètement ? Ou jouerez-vous franc jeu en révélant vos peuples pour jouir de toutes leurs capacités ?


Des cartes actions et de multiples combinaisons !

En plus d’un dieu tutélaire et de quatre peuples à faire évoluer, vous recevrez plusieurs cartes actions. Chaque carte vous donnera le choix de 3 actions possibles : attaquer avec le peuple lors de la phase d’action (ce qui vous permet d’attaquer deux fois lors d’un même tour de jeu puisque vous pouvez déjà attaquer avec le même peuple lors de la précédente « phase combat ») ; augmenter le niveau technologique du peuple concerné pour améliorer son efficacité en attaque et en défense ; ou encore user du pouvoir de la race (très variés, ils permettent de conduire des attaques aéroportées, de détruire des forteresses, de faire régresser technologiquement un peuple… il existe 24 pouvoirs différents).

Règles simples et richesses tactiques

Car il ne faut pas s’y tromper si ce jeu est défoulant par son caractère castagne généralisée, il est aussi très subtil d’un point de vue stratégique car la diversité des actions possibles le rend très riche. Toutefois, ceci ne nuit en rien à la jouabilité de l’Âge des dieux puisque les règles tiennent sur quatre pages. Nous avons fait un grand effort sur leur présentation et grâce à de nombreux exemples commentés avec schémas les règles sont didactiques et claires.

Le grand intérêt de l’Âge des dieux est qu’il se passe toujours quelque chose ! De plus comme vous ne jouez pas un peuple en particulier mais un dieu qui doit favoriser plusieurs peuples, vous ne serez jamais bloqué et surtout vous pourrez jouez tous les peuples de la carte !

De bien belle soirée chaotiques en perspective !

l’édition révisée de l’Âge des Dieux vous permettra de retrouver tout ce qui a fait le succès de la première version, avec de nombreux changements dans les règles (principalement autour des pouvoir de certains dieux, et des effets de certaines cartes). Le matériel du jeu ne change pas (excepté le fait que l’on ne joue plus que 9 tours au lieu de 10) si ce n’est le plateau qui est moins flashy.

 

extrait du site www.asmodee.com