Poker Duel

UGS : Poker Duel
Catégorie :
Éditeur

Date de sortie

Partager sur :

  • Description

Description

Type article: Poker


Grand amateur de tête-à-tête (j’ai disputé mon premier match en… 1982), j’ai longtemps déploré le manque d’articles pertinents et de livres sur le sujet… Sujet pourtant essentiel : car la phase qui précède la victoire dans un tournoi est TOUJOURS un duel. Et quand on sait que la plupart du temps, le 1er gagne le double du 2e, cela vaut largement la peine d’étudier la question de très près !

Alors j’ai procédé comme d’habitude : j’ai décidé d’écrire mon propre livre. Je l’ai commencé juste après Poker Code, fin 2007. J’ai même dû reporter deux fois sa sortie, optimiste que j’étais…

Alors ça y est, Poker Duel sort enfin de chez l’imprimeur, et c’est un bon gros bébé de 560 pages. En le commençant, je me disais qu’il ferait 300 pages vite fait, mais comme d’habitude, à force de creuser, on trouve de plus en plus de pépites…

Au départ, je voulais développer les stratégies propres au tête-à-tête à partir des différences structurelles qu’il présente par rapport au jeu en table pleine. Mais tout en écrivant, je me suis aperçu que cela posait un problème de cohérence. J’ai donc opté pour 3 chapitres liminaires consacrés aux 13 avantages et 14 inconvénients du heads-up par rapport à la table pleine, et aux probabilités du tête-à-tête, le tout délimitant le territoire du tête-à-tête. On y trouve notamment les effets inattendus du heads-up et du temps de jeu (plus court) sur le R.O.I., et les principales gammes de mains à jouer selon le profil adverse.

Ensuite viennent les chapitres stratégiques proprement dits. D’abord la vision du match dans son ensemble avec ses points d’inflexion (le chapitre introductif est en ligne sous le nom « Extrait 2 » dans la fiche descriptive de PokerGagnant.com).

Puis, je détaille les situations préflop qui sont au nombre de 6, et que j’ai appelées les 6 scénarios préflop :

– P : bouton passe
– S-K : bouton suit et surblind check
– S-R : bouton suit et surblind relance
– R-P : bouton relance et surblind passe
– R-S : bouton relance et surblind suit
– R-R : bouton relance et surblind sur-relance

… chose que l’on ne peut pas faire pour la table pleine à cause de l’infinité des cas possibles. A partir de ces 6 scénarios de base, s’ouvre une deuxième série de stratégies préflop.

Après, j’en viens aux 5 stratégie générales pour gagner en heads-up : Définir le plan, Décrypter l’adversaire, S’ajuster à l’adversaire, Affamer l’adversaire et Différer ses défenses.

Ensuite viennent les 9 principales séquences au flop : bet-fold, check-raise, etc. Là encore, développement des stratégies au cas par cas.

Après quoi on creuse encore pour examiner les 8 séquences d’action sur au moins 2 tours. Par exemple, mou préflop, attaque au flop, mou à la turn. J’en ai dénombré 9 différentes, typiques du tête-à-tête. Comme vous le voyez, j’ai insisté sur la lecture de l’adversaire, qui est une des clés de la victoire de votre match.

J’en termine avec une partie décrivant coup par coup le duel final du WSOP 2008 main event, gagné par Peter Eastgate contre Ivan Demidov, avec analyse de chaque main importante. Idem pour le WSOP 2008 heads-up gagné par Kenny Tran contre Alec Torelli. Idem enfin avec le fameux match de demi-finale du National Heads-Up Championship 2009 opposant notre Elky et Vanessa Rousso. Pour finir avec une vision d’ensemble, du début à la fin, du World Heads-up Poker Championship de 2007, commenté par Benjo et Rolf Slotboom. C’est là qu’arrive l’interview tactique de Nicolas Dervaux, un des meilleurs duellistes français (3e au WHUPC 2008).

La dernière partie rassemble les structures, les variantes, la gestion financière… et un document précieux : le bilan détaillé d’une année complète d’un duelliste en ligne célèbre, Camile, qui a amassé plus de $20.000 en 2008.

J’ai voulu ce livre informatif et tactique, avec un recours systématique à l’exemple, dont la plupart tirés des compétitions internationales. Il vient combler un manque évident pour cette variante de plus en plus populaire. J’ai fixé moi-même le prix à 30 euros, très faible pour un livre technique de 560 pages, mais j’ai voulu qu’il soit lu par le plus grand nombre.